Bonne pratique : élevage et production animale durables

_MG_7083
Elevage bovin durable en Tunisie (BY-ND / GIZ – Firas Khelifa)

L’intégration de l’élevage dans le système  agricole permet d’assurer une durabilité de la production animales. mais, les pratiques peuvent changer selon les modes de conduite.

Contexte

L’ensemble des activités d’élevage et de production animale s’organisent autour de logiques de filières organisant les activités des intervenants et reposant sur des objectifs et des finalités de production.( §2.4 du texte de base)

Le secteur de l’élevage doit son importance en Tunisie à sa place dans l’économie du pays contribuant pour près de 35-40% au PIB agricole, son rôle dans la sécurité alimentaire pour des produits stratégiques comme le lait, les viandes rouges et blanches avec des taux de couverture des besoins domestiques par la production nationale de près de 90% et 95% respectivement pour le lait et les viandes rouges, sa place dans l’emploi et son rôle dans la fixation des éleveurs dans les zones d’élevage.

 

Influence sur le DAD

A moyen et long terme, la durabilité de tous les systèmes d’élevage en Tunisie et de leurs variantes restera tributaire du degré d’autonomie alimentaire qui sera réalisé. Force est de constater aujourd’hui que tous les systèmes de production animale en intensif ou en extensif ne sont plus autonomes sur le plan alimentaire et le recours à l’achat d’aliments importés est devenue la règle. Même dans les systèmes où la production d’aliments est possible, les éleveurs ne sont pas à l’abri des risques tels que les mauvaises récoltes liées aux aléas climatiques, facteur qui peut être accentué dans une perspective de réchauffement climatique et de réduction des disponibilités en eau.

Il convient de signaler que la diminution de l’autonomie alimentaire serait un important facteur de redistribution de l’élevage sur l’espace national. Une telle répartition spatiale de l’élevage bovin aura des conséquences de nature économique (nutrition à bases d’aliments concentrés importés) et environnementale (concentration des effluents ayant pour effets des dégagements des GES) certaines. Les élevages hors sol seraient de plus en plus dépendants de la volatilité des prix mondiaux des aliments de bétail. Les variations des prix des inputs de l’élevage pourraient à la longue se traduire par des réductions des rémunérations des éleveurs et partant par des menaces de non durabilité économique des systèmes d’élevage eux-mêmes. Il ressort également du plan dynamique pour le secteur de l’élevage (2010-2014) que le déficit du bilan fourrager s’élève à 23% pour les ruminants. Ce déficit s’explique, entre autres, par une faible intégration des fourrages au niveau de l’exploitation. Par ailleurs, la régression des terres de parcours et l’accroissement de la charge animale ont conduit à une utilisation très élevée du concentré et des sous-produits tels que le son pouvant atteindre 64% des apports alimentaires en année défavorable. La chute de la contribution des parcours à l’alimentation des ovins et des caprins (contribution qui se situe uniquement aux alentours de 10 à 20%) est un élément fondamental de la durabilité des filières extensives de l’élevage en Tunisie.

Il est aussi à signaler l’impact de l’élevage sur l’environnement à travers l’accumulation des sous-produits et rejets issus des activités de l’élevage, la pollution des nappes et l’émission des gaz à effet de serre notamment, le méthane. Une meilleure intégration des cultures et de l’élevage serait souhaitable car si l’élevage bénéficie de divers apports issus des cultures (résidus de récolte, jachère,..), il peut en contrepartie participer au transfert de fertilité (fumier, fiente, etc).

 

Impacts prévisionnels

Les impacts négatifs potentiels se rapportent surtout aux GES qui constituent environ 6 % des émissions brutes du pays.

 

Pratique 1.La production avicole : Gestion nutritionnelle

IMG_8680
Pratique 2. Stockage et épandage de fumier pour trouver un équilibre entre cultures et élevage
_MG_7095

 

Pratique 3. Compostage du fumier ou des fientes
_MG_7107
Pratique 4.Le dimensionnement des pâturages et parcours
_MG_4619

Document à télécharger

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s